26 septembre 2013

Quelles données utilise le simulateur ?



Les prédictions de déficit et de dette de notre modèle peuvent différer des projections budgétaires annoncées par le Gouvernement, notamment en ce qui concerne le budget de l'Etat.

Cela tient d'abord aux sources utilisées. Notre modèle repose sur les données de comptabilité nationale (données INSEE), qui garantissent une meilleure précision que les données budgétaires utilisées pour élaborer les lois de finances. La nomenclature de la comptabilité nationale offre en outre une vision plus économique des recettes et des dépenses publiques, ce qui permet de mieux lier les dépenses de consommation ou d'investissement à la croissance. Enfin, la comptabilité nationale intègre les dépenses et les recettes de l'ensemble des administrations publiques (Etat, collectivités territoriales, établissements publics, hôpitaux, sécurité sociale, etc.), alors que le projet de loi de finances (PLF) concerne avant tout le budget du seul Etat.

Cela tient ensuite au parti pris résolu de nous limiter aux faits et aux constats. Notre modèle estime les finances publiques futures en fonction, d’une part, de la croissance économique et, d'autre part, de l’évolution des dépenses au cours des quinze dernières années et de leur poids relatif dans le PIB (quelques exceptions existent : en particulier, nous estimons les dépenses sociales futures en fonction des projections démographiques et du vieillissement de la population). Compte tenu du caractère incertain de la réalisation des objectifs présentés dans les projets de loi de finances, nous avons décidé de ne pas projeter les dépenses et recettes futures en fonction des mesures et hypothèses contenues dans ces textes, mais plutôt en fonction de la croissance potentielle estimée (par l'Insee et le FMI notamment) et des données effectivement constatées par le passé.

Les mesures présentées dans le PLF 2014 n’ont donc pas été intégrées au simulateur, qui sera mis à jour ultérieurement, au rythme de la publication des comptes nationaux.



Retour au sommaire
comments powered by Disqus