03 octobre 2017

Les 10 chiffres à retenir du projet de loi de finances (PLF) pour 2018



Le 27 septembre dernier, le projet de loi de finances (PLF) pour 2018 a été présenté en Conseil des ministres. Ce texte doit ensuite être discuté à l’Assemblée nationale, du 17 au 23 octobre. Ce PLF étant le premier du quinquennat, il s’accompagne d’un projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022.

Quelles sont les grandes orientations budgétaires du gouvernement pour les cinq ans à venir ? Décryptage.

1,7 %

Pour élaborer un projet de loi de finances, le gouvernement doit émettre des hypothèses de croissance. Il prévoit ainsi une hausse du PIB de 1,7 % par an de 2017 à 2021, et de 1,8 % pour 2022. Pour rappel, la croissance était de 1,1 % en 2015 et 1,2 % en 2016.

2,9 %

Le gouvernement prévoit un déficit public (solde négatif du budget de l'Etat, des collectivités locales et de la Sécurité Sociale) à 2,9 % du PIB en 2017 ; 2,6 % en 2018 ; 3 % en 2019 ; 1,5 % en 2020 et 0,2 % en 2022. Le déficit public avait atteint 3,5 % en 2015 et 3,4 % en 2016.

76,5 milliards d’euros

Prévu initialement à 69,3 milliards d’euros par la loi de finances pour 2017, le déficit de l’Etat (solde négatif uniquement du budget de l’Etat) sera finalement de 76,6 milliards d’euros cette année. Il devrait s’établir à 82,9 milliards d’euros en 2018.

54,6 % du PIB

C’est la proportion de la dépense publique en France (soit 1 257 milliards d'euros en 2016). Le gouvernement ambitionne de la faire baisser de 3 points de PIB d’ici à la fin du quinquennat afin de la faire passer de 54,6 % du PIB en 2017 à 50,9 % en 2022. A titre de comparaison, le niveau des dépenses publiques dans l’OCDE se situait à 40,9 % en 2015. L’Allemagne affiche des dépenses publiques égales à 44,3 % de son PIB.

10 milliards d’euros

C’est le montant des allègements de prélèvements obligatoires prévu dans le PLF, dont 6 milliards pour les ménages et 4 milliards pour les entreprises. Pour les ménages, 3 des 6 milliards d’euros proviennent de la première baisse de la taxe d’habitation pour près de 80 % des foyers actuellement assujettis à cet impôt. Deux autres étapes viendront compléter cette baisse de la taxe d’habitation, avec des réductions de 6,6 milliards et de 10,1 milliards d'euros respectivement en 2019 et 2020.

20 milliards d'euros

C’est le manque à gagner que représente la suppression des cotisations chômage et maladie pour les salariés du secteur privé (les deux représentant 3,15 % du salaire), suppression compensée par l’augmentation de 1,7 point du taux normal de la CSG.

3,2 milliards d’euros

C’est le coût résultant de la transformation de l’Impôt sur la fortune (ISF) en un « impôt sur la fortune immobilière » (IFI). L’ISF, qui touche aujourd’hui 351 000 foyers dont le patrimoine dépasse 1,3 million d'euros, va donc voir son assiette et son rendement diminuer. En 2016, il a rapporté près de 5 milliards d’euros.

25 %

C’est le taux de l’Impôt sur les sociétés (IS) que vise le gouvernement en 2022. Actuellement à 33 %, le gouvernement précédent s’était engagé à l’abaisser à 28 % d'ici 2020. Le nouveau gouvernement, tout en respectant cette promesse, s’est à son tour engagé à baisser ce taux : 31 % en 2019, 28 % en 2020, 26,5 % en 2021 et 25 % en 2022. Cette mesure diminuera de 11 milliards d’euros d'ici à 2022 la charge fiscale pesant sur les entreprises.

30 %

C’est le taux du prélèvement forfaitaire unique (PFU) qui sera instauré à partir du 1er janvier 2018 sur les revenus du capital (intérêts, dividendes, plus-values immobilières…). Cette mesure devrait représenter un coût de 1,3 milliard d'euros en 2018 et 1,9 milliard en 2019.

7,6 centimes

C’est la hausse, par litre de gazole, qui s’appliquera à la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) dans l’optique de l’aligner sur la fiscalité de l'essence. Cette dernière augmentera mais à un rythme moindre (hausse de 3,9 centimes par litre) afin de faciliter la convergence des fiscalités diesel / essence.

 

 



Retour au sommaire
comments powered by Disqus